Accès clients

Cécile Duflot en lutte pour le maintien de la loi ALUR - 16/06/2014

Cécile Duflot à beau avoir été révoquée de son poste de ministre du Logement, cela ne l'empêche pas de conserver un œil (plus que) critique sur ce qui fut son fer de lance et de défendre une loi Alur qu'elle a portée de longs mois durant. Face à la perspective d'un remodelage de certaines de ses mesures, Cécile Duflot est donc montée au créneau, ce samedi, pour dénoncer l'attitude du gouvernement.

 

Duflot dénonce « un recul pour le logement »

 

"Ne soyons pas dupes, il s'agit d'une opération qui consiste à attaquer une des véritables lois de gauche de ce mandat", Voilà comment Cécile Duflot interprète le remaniement de la loi Alur qui semble se profiler à l’horizon. Faisant suite aux rumeurs circulant la semaine dernière sur un possible "détricotage" de la loi, le Premier ministre, Manuel Valls, avait alors déclaré qu'un "certain nombre de modifications" pourraient y être apportées. Une hypothèse qui a immédiatement suscité la colère de l'ancienne ministre qui voit ici se profiler un "nouveau recul" en matière de logement.

 

Parmi les on-dit circulant sur cette future refonte, les plus courants évoquent notamment la suppression de la Garantie universelle des loyers et la réduction des pouvoirs de l'encadrement des loyers. Or, concernant ce dernier point, l’instigatrice de la loi Alur note que celui-ci "n'est pas seulement l'affaire de Cécile Duflot, c'est une promesse du candidat à la présidentielle François Hollande". Madame Duflot affirme par ailleurs qu’une éventuelle refonte de sa loi "reviendrait à trahir des engagements de campagne sans aucun effet positif sur la construction".

 

Manuel Valls évoque des modifications

 

Une opinion qui n’est bien sur pas partagée par Manuel Valls avec lequel Cécile Duflot a bien souvent eu maille à partir lorsqu'ils étaient tous deux au gouvernement. "Il faut une loi sur le logement, elle existe, mais si nous avons une loi sur le logement qui ne permet pas le redémarrage du logement, cela veut dire qu'il faut apporter un certain nombre de modifications", a ainsi déclaré le Premier ministre.

 

Si pour l'heure rumeurs et supputations sont de mise, il conviendra d'attendre le 25 juin prochain et l'intervention programmée de Sylvia Pinel (actuelle ministre du Logement) pour en savoir plus sur le sort que le gouvernement réserve à la loi Alur.


« Retour aux actualités

Diagnostics immobilier proche de Marseille