Accès clients

Pour emprunter, mieux vaut être deux ! - 08/08/2014

Les exigences bancaires en matière de crédit immobilier (niveau de revenus, reste à vivre...) sont plus souples pour les couples que pour les célibataires. Une étude du courtier Vousfinancer.com sur sa clientèle démontre clairement ce postulat.

Pour emprunter, mieux vaut être deux. Une étude du courtier en crédit immobilier Vousfinancer.com menée sur la base de 5.000 dossiers d’emprunts montre que les banques sont bien plus conciliantes avec les couples qu'avec les emprunteurs célibataires. Si ce constat n'est pas vraiment étonnant, l'étude présentée mercredi 11 juin 2014 a le mérité de chiffrer cette différence de traitement à l'aide des barèmes utilisés par les établissements bancaires.

 

L'avantage donné aux couples est évident : une personne seule voulant emprunter devra gagner au minimum 1.500 euros par mois pour que son dossier soit étudié. Pour un couple, ce seuil est s’élève à seulement 2.000 euros. De la même façon, un revenu mensuel de 2.500 euros sera exigé d'un emprunteur célibataire pour qu'il puisse bénéficier des meilleures conditions de prêt, contre 4.000 euros pour un couple.

 

Par ailleurs et surtout, « les banques sont moins exigeantes avec les couples sur le reste à vivre », souligne Jérôme Robin, président de Vousfinancer.com. Dans les barèmes bancaires examinés, un premier établissement demande à un célibataire d'avoir au moins 680 euros de reste à vivre après paiement de la mensualité de remboursement du crédit. Pour un couple, le reste à vivre exigé est un peu plus important mais demeure sous le seuil symbolique des 1.000 euros (920 euros). Autrement dit, un couple autour de 2.000 euros de revenus peut potentiellement obtenir un crédit immobilier avec une mensualité d'environ 1.000 euros. Dans une autre banque, la différence entre célibataires et couples est somme toute très réduit puisque que le reste à vivre requis se situe à 700 euros pour les premiers et 800 euros pour les seconds.

 

D’un autre côté, les exigences bancaires en matière d'apport monétaire personnel ne varient pas particulièrement d'une situation à une autre selon l'étude. Elles restent ainsi à environ 10% du montant du logement, selon Vousfinancer.com.

 

La charge financière reste la première préoccupation

Pourquoi une telle différence de traitement ? Tout simplement parce que les banques utilisent le crédit immobilier comme un produit d'appel pour capter de nouveaux clients. Et les couples sont forcément davantage recherchés : un tel dossier de prêt se traduit par la domiciliation de deux salaires sur un ou plusieurs comptes, l'acquisition de deux cartes bleues, d'assurances... Sans compter les projets communs en matière d'épargne (souscription de livrets, d'assurances vie).


« Retour aux actualités

Diagnostics immobilier proche de Marseille